La sélection 2019, chaud devant !

   Après l’exceptionnelle qualité des albums de 2018, la sélection 2019 se devait d’être à la hauteur en tenant compte de la qualité des œuvres, de la variété des thématiques abordées et de la représentation de différentes maisons d’édition.

   Entre récit initiatique en haute montagne, polar écologique, migrations intraafricaines, Grande Dépression américaine des années 30, anarchisme et réflexion douloureuse sur le destin d’individus balayés par la dictature argentine de Videla, nous voici donc repartis pour une année riche de lectures, avec au menu les six albums suivants :

Ailefroide de Olivier Bocquet et Jean-Marc Rochette, éditions Casterman

Aile froide De Grenoble à la Bérarde en mobylette.
Des rappels tirés sur la façade du Lycée Champollion.
Avec l’exaltation pure qui tape aux tempes, quand on bivouaque suspendu sous le ciel criblé d’étoiles, où qu’à seize ans à peine on se lance dans des grandes voies. La Dibona, le pilier Frendo, le Coup de Sabre, la Pierre Alain à la Meije, la Rébuffat au Pavé : le Massif des Écrins tout entier offert comme une terre d’aventure, un royaume, un champ de bataille parfois.
Car la montagne réclame aussi son dû et la mort rôde dans les couloirs glacés.

Récit initiatique d’un gamin qui se rêvait guide et qui devient dessinateur, Ailefroide est tout à la fois une célébration de l’alpinisme, une déclaration d’amour à la haute montagne et une leçon de vie.

 

Akkinen d’Iwan Lépingle, éditions Sarbacane

Akkinen

Gaspar et sa fille, Tessie ont traversé la moitié du continent pour venir s’installer dans une ville du Grand Nord à demi endormie, depuis que l’exploitation pétrolière a déserté les lieux. Ne reste désormais qu’une grosse usine de réhabilitation des sols, Géotrupe : c’est là que le frère de Gaspar, peu scrupuleux patron du site, lui a trouvé un poste.

Désœuvrée, Tessie, qui passe ses journées à se promener en bordure de forêt, rencontre un grand gaillard mutique : Aslak, qui vit seul entouré de ses statues qu’il construit de bric et de broc. Peu à peu, elle rencontre d’autres locaux… notamment Pekko écologiste contestataire et ami d’Aslak, qui accuse Géotrupe d’empoisonner l’eau.

Lorsque Pekko disparaît, la communauté semble se réveiller comme sous le coup d’une secousse. Dans cette ville où tout le monde se connaît, les vieilles rancunes resurgissent, et Gaspar et Tessie se retrouvent malgré eux au cœur d’une enquête qui les dépasse.

 

Au bout du fleuve de Jean-Denis Pendanx, éditions Futuropolis

Au bout du fleuve Kémi entreprend un long voyage à la recherche de son frère jumeau et de son âme perdue. De Cotonou au delta du Niger, c’est un long périple dans une Afrique gangrénée par la misère et l’exploitation de leurs ressources par les grands groupes pétroliers. Le premier album que Jean-Denis Pendanx signe seul, au texte comme au dessin. Un livre d’auteur parcouru par l’attachement de Jean-Denis Pendanx au continent africain.

 

 

Giant (T1) de Mikaël, éditions Dargaud

Giant New York, 1932. Malgré la grande dépression qui frappe durement l’Amérique, les buildings s’élèvent toujours plus haut dans le ciel de Manhattan et les chantiers prolifèrent. C’est là que travaille Giant, un homme taciturne à la carrure imposante. Ses collègues le chargent d’avertir la famille d’un compatriote irlandais du décès accidentel de celui-ci. Mais, dissimulant la triste vérité, le mystérieux colosse envoie une belle somme d’argent à Mary Ann, la jeune veuve, ainsi qu’une lettre dactylographiée qui pourrait être de son mari… Elle lui répond et commence alors une correspondance régulière, sans que Giant dissipe le mensonge. Vient alors le jour où Mary Ann et ses enfants débarquent à New York…

 

Le travailleur de la nuit de Léonard Chemineau et Matz, éditions Rue de Sèvres

Le travailleur de la nuit

Alexandre Jacob a connu un destin hors du commun. Son gang de cambrioleurs, surnommé « Les Travailleurs de la nuit » par les journalistes, a écumé la France entière, défrayé la chronique, et Jacob, qui laissait sa carte avec un mot d’humour à ses victimes, distribuait ses butins énormes aux nécessiteux, vivant modestement. Il aurait inspiré Arsène Lupin.

Auparavant, il a couru le monde, depuis son plus jeune âge, comme mousse et marin. Il en a retiré une vision du monde personnelle et de solides convictions anarchistes. Il ne supporte pas l’injustice et l’hypocrisie. Mais son engagement politique le conduit en prison et à ne plus pouvoir travailler, ce qui le jette dans la carrière criminelle. Après un procès retentissant, où il insulte les juges et les jurés, menacés de mort par ses complices, il est condamné à finir sa vie au bagne, à Cayenne. Mais ce serait mal le connaître de penser qu’il se plierait à une telle sentence… Il trouvera même le moyen de rentrer…

Sincère et droit, intelligent et généreux, enragé et sensible, Alexandre Jacob fascine et séduit. L’histoire d’un homme attachant et unique, le reflet d’une époque révolue de l’histoire de France, mais qui trouve des échos dans le monde d’aujourd’hui.

Lauréat du prix Social Bd 2019

 

Vies volées de Matz et Mayalen Goutz, éditions Rue de Sèvres

Vies volées

De 1976 à 1983, la dictature militaire qui régit l’Argentine fait disparaître près de 30 000 opposants politiques. Parmi eux, des jeunes femmes enceintes auxquelles leurs enfants seront arrachés à la naissance. Depuis 1977, leurs grands-mères recherchent ces 500 bébés volés …

En Argentine, de 1976 à 1983, sous la dictature militaire, 500 bébés ont été arrachés à leurs mères pour être placés dans des familles plus ou moins proches du régime. Plusieurs années après cette tragédie, les grands-mères de ces enfants ne cessent de se battre pour les retrouver. Interpellé par ce drame largement médiatisé, Mario, un jeune homme de 20 ans qui s’interroge sur sa filiation décide d’aller à la rencontre de ses grands-mères accompagné de son ami Santiago et décide de faire un test ADN, Les résultats bouleverseront les vies des deux jeunes gens et de leur entourage. À travers leur quête, on s’interroge sur l’identité, la filiation, la capacité de chacun à se confronter à ses propres bourreaux, à surmonter une trahison et parvenir à envisager un nouvel avenir.

 

Bonne lecture à tou-te-s les bdphiles !

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s